Notre histoire

D’abord dénommée « Nantes-Guinée », l’association ESSENTIEL a vu le jour en 1992 à l’initiative du Comité d’Entreprise des Mutuelles de Loire-Atlantique, associé à la Ville de Nantes, autour d’un projet de réhabilitation de deux centres de santé en Guinée, plus précisément à Conakry.

Depuis sa création, l’association ESSENTIEL, développe des programmes qui favorisent l’accès à la santé des populations dans le respect d’une vision globale de la santé telle que définie par l’OMS et la charte d’Ottawa; dans un premier temps en Guinée (1992-2013) puis principalement en Afrique (Guinée, Burundi, Bénin, Sénégal). Des actions d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité sont menées en France.

4 grandes phases décisives se suivent dans l’histoire de l’association :

* 1992 à 1998 : Création et premiers développements en Guinée

Suite à la réhabilitation des deux centres de santé guinéens de Lanbanji et de Wanindara, les sollicitations des partenaires locaux et la spécificité mutualiste d’un des membres fondateurs de l’association l’orientent vers un programme d’appui à la mise en place de mutuelles de santé, en soutien à l’Association pour la Promotion des Mutuelles en Guinée (APMG).

En 1996, de nouveaux membres individuels et des personnes morales rejoignent la structure. Les activités sont réalisées par des bénévoles en partenariat avec d’autres associations. Le budget atteint progressivement 50 à 70 k€ grâce à l’implication financière progressive de l’ensemble des personnes morales adhérentes et aux premiers soutiens financiers de collectivités locales.

* 1999 à 2008 : Ancrage guinéen et professionnalisation

Un premier projet triennal visant à la « santé pour tous » (phase pilote : 2002-2004) cofinancé par le Ministère des Affaires Etrangères Français est mené dans la région guinéenne du Fouta-Djalon. Son objectif est de permettre un accès aux soins par le développement de mutuelles de santé et de contribuer à l’émergence de la société civile grâce à l’appui direct auprès d’une équipe d’intervention guinéenne. De 2005 à 2008, un second projet triennal (phase d’ancrage) est mené sur les Régions de Conakry et de Mamou. S’ajoute aux premiers objectifs le renforcement des liens entre l’offre de soins et les mutuelles par le développement d’un partenariat avec Fraternité Médicale Guinée (FMG, association de médecins guinéens) ainsi que le renforcement des compétences locales.

Cette période est marquée par la professionnalisation de l’association qui embauche un premier salarié sur un contrat emploi jeune et le pérennise ; puis un second en 2004 : l’un au siège, l’autre en Guinée. Le budget annuel double progressivement pour atteindre 160 à 230 k€ grâce à l’implication financière nouvelle du ministère des Affaires étrangères.

* 2009 à 2012 : Développement du projet guinéen et consolidation

Sur cette période, le projet en Guinée s’étoffe en thématique et en extension géographique. Le 3ème programme triennal (2009-2011) de « Santé pour tous » est une phase de consolidation et de développement, avec l’accent mis sur l’autonomie des mutuelles, leur densification et leur viabilité technique et financière.

De nouveaux soutiens financiers sont établis de la part d’Harmonie Mutuelle et la Mutualité française. Le budget global dépasse les 350 k€. L’équipe de 2 salariés est consolidée.

A cette époque, ESSENTIEL prend conscience qu’elle doit aller au-delà de la participation et du transfert de compétence qui guide son action depuis sa création. Elle souhaite faire évoluer son projet associatif initial vers une « stratégie globale » en favorisant une posture associative poussant à l’autonomie les partenaires du sud et en diversifiant ses pays d’intervention. En 2011, l’association change de nom pour marquer cette évolution : Nantes-Guinée devient donc « ESSENTIEL ». Elle ouvre un troisième poste salarié.

* 2013 à 2017 : Diversification des activités (Burundi, Bénin, Sénégal)

A partir de 2013, le rythme s’accélère. En Guinée, la 4ème phase du projet Santé pour Tous (2013-2016) est une phase de structuration du mouvement mutualiste, de démarrage du passage à l’échelle (augmentation des effectifs des mutuelles) et de l’ancrage national. L’association travaille désormais en partenariat avec les structures locales qui ont émergé.

Des opportunités de projets dans d’autres pays sont explorées. Dans le sillage des engagements en coopération décentralisée du Conseil Régional, ESSENTIEL ouvre un nouveau projet au Burundi en partenariat avec la SWAA (Society for Women and Aids in Africa) en 2013 dans l’optique de réduire les risques en matière d’Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et du sida (VIH), de grossesses non désirées ainsi que les violences sexuelles. Au Bénin, à partir de 2014, ESSENTIEL s’engage aux côtés de la Fondation Harmonie et de France Bénin Vendée (FBV) dans le renforcement des mutuelles de santé pour un accès aux soins des populations du secteur informel. Suite aux sollicitations de différentes parties prenantes à Nantes et à Rufisque (au Sénégal), l’Association propose un projet de collaboration d’acteurs nantais et rufisquois, pour améliorer et développer l’accompagnement des enfants et des familles autour d’initiatives en santé et en éducation autour de l’idée de la collaboration interculturelle.

Sur cette période, ESSENTIEL est également associée aux travaux d’Harmonie Mutuelle sur la création d’une fondation d’entreprise « Harmonie Solidarités » et l’implication dans une plateforme de projets internationaux autour de l’accès aux soins et du handicap visuel et auditif.

La recherche de nouvelles sources de financement (financement participatif, mécénat d’entreprises, fondations privées, etc.) se poursuit. Un quatrième poste salarié est créé en 2016. Le budget global frôle les 500 k€. L’association poursuit sa structuration avec la création de nouvelles commissions (protection sociale, vie associative) et désigne des référents par pays.

En 20 ans, l’association a su prendre de la dimension tout en affinant ses principes d’action, ses valeurs, sa conception de l’aide au développement.